La coccinelle...

Mardi 28 mars 2 28 /03 /Mars 21:02

Tout le monde connaît la coccinelle adulte, globuleuse et rouge à points noirs. Plus rares sont ceux  qui connaissent ses œufs, sa larve ou sa nymphe. Nous vous proposons dans cet article de découvrir son cycle de vie et les différents stades de son développement.

 

Comme tous les coléoptères, la coccinelle effectue une métamorphose complète, c'est-à-dire que la larve et l’adulte ne se ressemblent pas. Ainsi, pour passer du stade larvaire au stade adulte, le développement de l’insecte passe par un stade de transformation sous forme de nymphe.

 

Les femelles adultes qui se sont accouplées pondent des œufs ovales, de couleur jaune-orange, qui mesurent de l’ordre d’1 ou 2 mm (gauche du schéma). Ils sont souvent regroupés et le nombre d’œufs par ponte est variable selon les espèces (généralement d’une vingtaine à une centaine).

 

4 à 5 jours plus tard (à une température de 20°C), une larve sort de chaque œuf. La larve de coccinelle, comme tous les insectes, possède un squelette externe qui n’est pas extensible (la cuticule). Pour grandir, elle est donc contrainte de s’en séparer. C’est le phénomène de mue. Les larves vont muer 3 fois, il y a donc 4 stades larvaires chez la coccinelle (haut du schéma), chaque stade ayant une durée de 4 à 5 jours (à 20°C toujours). Pendant toute cette période, la coccinelle consomme des pucerons pour assurer sa croissance, on dit qu’elle est aphidiphage.

 

A la fin du quatrième stade larvaire, alors que sa taille et son poids sont à leur maximum, la larve s’immobilise, colle son abdomen au dos d'une feuille et se courbe pour progressivement former une nymphe (droite du schéma), dans laquelle la coccinelle adulte va se former.

 

Au bout de quelques jours, une nouvelle coccinelle adulte sortira de cette nymphe et se reproduira à son tour, bouclant ainsi le cycle de développement de la coccinelle.

 

Dans votre jardin, dès le début du printemps, vous pouvez observer les adultes de la dernière saison qui se réchauffent au soleil après leur long sommeil hivernal (hivernation). Par la suite, avec un peu d'attention, il est également possible d'y observer les larves et les nymphes, et pourquoi pas de favoriser leur présence...

 

Par Vincent - Publié dans : La coccinelle...
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Dimanche 19 mars 7 19 /03 /Mars 16:12
De nombreuses activités de l'association sont liées à la coccinelle, il convient donc de présenter brièvement cet insecte. Le monde vivant compte de nombreux représentants. Ceux-ci sont classés et regoupés selon les caractères qu'ils ont en commun. Ce type de classification est appelé systématique.

Ainsi, la coccinelle est tout d'abord un arthropode car elle possède des pattes composées de segments articulés entre eux. Tous les arthropodes possèdent également un corps recouvert d'une cuticule
(= squelette externe rigide) découpée en unités fonctionnelles.

Au sein des arthropodes c'est un insecte, car elle possède 3 paires de pattes et un corps composé de 3 parties :
 - la tête, qui porte les yeux, les antennes et les pièces bucales.
- le thorax, sur lequel s'insèrent les trois paires de pattes.
- l'abdomen, qui contient les organes vitaux et l'appareil reproducteur (mâle ou femelle).

A noter : les arachnides (araignées, acariens, scorpions) ou les crustacés sont également des arthropodes mais contrairement aux insectes, ils possèdent plus de trois paires de pattes !

Ensuite, c'est un coléoptère, car ses ailes antérieures sont transformées en élytres. Opaques et rigides, elles recouvrent les ailes postérieures et l'abdomen de l'insecte pour les protéger. Lorsqu'elle vole, la coccinelle ne se sert que de sa deuxième paire d'ailes, ses élytres sont ouvertes mais immobiles !
Tous les coléoptères possèdent également des pièces buccales broyeuses et des antennes comptant en général moins de 11 articles.

Dans le classement systématique, les coccinelles que nous connaissons, globuleuses, aux élytres rouge vif, ornées de points noirs font partie de la famille des Coccinellidae et de la sous-famille des Coccinellinae. Cette sous-famille ne compte qu'une quarantaine d'espèces alors que l'on compte près de 5000 espèces de coccinelles (Coccinellidae) dans le monde... Cela vous laisse imaginer la complexité du classement systématique.

Le terme de biodiversité prend ici tout son sens !
Par Coralie et Vincent - Publié dans : La coccinelle...
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus