La bête à bon dieu

Publié le par Coralie et Vincent

De nombreuses activités de l'association sont liées à la coccinelle, il convient donc de présenter brièvement cet insecte. Le monde vivant compte de nombreux représentants. Ceux-ci sont classés et regoupés selon les caractères qu'ils ont en commun. Ce type de classification est appelé systématique.

Ainsi, la coccinelle est tout d'abord un arthropode car elle possède des pattes composées de segments articulés entre eux. Tous les arthropodes possèdent également un corps recouvert d'une cuticule
(= squelette externe rigide) découpée en unités fonctionnelles.

Au sein des arthropodes c'est un insecte, car elle possède 3 paires de pattes et un corps composé de 3 parties :
 - la tête, qui porte les yeux, les antennes et les pièces bucales.
- le thorax, sur lequel s'insèrent les trois paires de pattes.
- l'abdomen, qui contient les organes vitaux et l'appareil reproducteur (mâle ou femelle).

A noter : les arachnides (araignées, acariens, scorpions) ou les crustacés sont également des arthropodes mais contrairement aux insectes, ils possèdent plus de trois paires de pattes !

Ensuite, c'est un coléoptère, car ses ailes antérieures sont transformées en élytres. Opaques et rigides, elles recouvrent les ailes postérieures et l'abdomen de l'insecte pour les protéger. Lorsqu'elle vole, la coccinelle ne se sert que de sa deuxième paire d'ailes, ses élytres sont ouvertes mais immobiles !
Tous les coléoptères possèdent également des pièces buccales broyeuses et des antennes comptant en général moins de 11 articles.

Dans le classement systématique, les coccinelles que nous connaissons, globuleuses, aux élytres rouge vif, ornées de points noirs font partie de la famille des Coccinellidae et de la sous-famille des Coccinellinae. Cette sous-famille ne compte qu'une quarantaine d'espèces alors que l'on compte près de 5000 espèces de coccinelles (Coccinellidae) dans le monde... Cela vous laisse imaginer la complexité du classement systématique.

Le terme de biodiversité prend ici tout son sens !

Publié dans La coccinelle...

Commenter cet article

cadot 25/07/2013 10:55


bonjour, je faisais des recherches sur internet pour découvrir quel insecte nuisible avait recouvert les feuilles d'un prunelier d'1m30 de haut! insectes minuscules blancs (taille de pucerons) en quantité énorme qui ressemblait à un moucheté de peinture blanche! et parmi eux quelques insectes (j'ai
découvert après le traitement d'un produit anti maladie anti insectes que ce sont des nymphes de coccinelles) je me sens un peu coupable, d'avoir traité cet arbuste qui paraissait mal en point,
d'ailleurs les feuilles sont maintenant rabougries, alors que c'était de futures coccinelles :/ cependant mon interrogation est sur ces insectes, est ce que ce sont des larves de coccinelles tout
autour, ou un insectes matures que les coccinelles vont manger? il reste des nymphes vivantes ouf, merci pour votre réponse

Nadine, Cynthia & Philippe! 20/05/2006 11:19

Bonjour,
Bravo pour votre site! super idée!! maman a une question: nous avons reconnu "le cardinal" dans les photos, cet insecte est très présent ici cette année alors que les coccinelles ont disparu, peut-il en être la cause??? merci et bonne continuation!On vous embrasse.

EcoCcinelle 22/05/2006 17:43

Bonjour et merci pour votre message !
 
Pour répondre à votre question, le Cardinal n’est pas responsable de la faible abondance des coccinelles :
- ni directement puisqu’il ne prédate ni les œufs, ni les larves, ni les adultes de notre chère bête à Bon Dieu.
- ni indirectement puisqu’il ne s’attaque pas non plus aux pucerons, et n’est donc pas un compétiteur.
 
En réponse au commentaire de Jérôme sur l’article « Quelques représentants de l’entomofaune toulousaine », vous trouverez des informations sur le cycle de vie du Cardinal. Les adultes qui sortent au printemps ont été pondus 2 ou 3 ans plus tôt, par conséquent le pic d’abondance que vous constatez cette année est conditionné par les pontes des étés 2003 et 2004. En tout cas, pas de quoi s’inquiéter, cet insecte n’est pas un ravageur, il apporte au contraire quelques notes de couleur au jardin !
 
En ce qui concerne l’absence de coccinelles, il faut relativiser : la coccinelle rouge à 7 points aime les hautes herbes, les orties et les broussailles en revanche elle se fait très rare dans les endroits arborés. Puisque vous habitez en milieu boisé et pauvre en pucerons (très peu de pucerons se rencontrent sur les pins), on peut supposer que l’absence de cette coccinelle est liée à un habitat qui ne lui convient pas.
 
Mais attention, ce n’est pas parce que la coccinelle à 7 points se fait rare dans votre région que les autres espèces ont elles aussi disparu : la coccinelle à 4 points, par exemple (Harmonia quadripunctata) ne se reproduit que sur les pins, vous aurez certainement l’occasion de l’observer au cours de promenades dans les bois !
 
A bientôt !

gerard lorriaux 16/05/2006 20:57

Bravo ! C'est très instructif et surtout très clair... Continuez votre action pédagogique et bon courage. Merci

Laurent 13/05/2006 11:55

Trés sympathique votre blog ;) Bonne continuation et vive la Bio diversité!

Nadine 26/04/2006 22:36

Bonjour,c'est Nadine de Veracruz pour Vincent (et Planètes Sciencespour Jérôme) Juste pour dire que je peux vous envoyer un article que j'ai écrit de mes petites,mains sur la Chrysope suite à une réunion des Amis de la Terre Midi Pyrénées où le sujet était la lutte biologique.Juste une question je l'envoie à qui ?A bientôt sur notre blog (http://veracruz.over-blog.net) ou le vôtreNadine

EcoCcinelle 30/04/2006 11:43

Salut Nadine,Pas de problème pour ton article sur la Chrysope, tu peux l'envoyer sur l'adresse mail de l'association (eco_ccinelle@voila.fr). En tout cas, merci beaucoup de ta participation et à bientôt!Vincent.